Le hakama, le pantalon japonais

Le hakama, le pantalon japonais

Le pantalon hakama existe depuis des siècles au Japon et il est toujours d’actualité. On peut le rencontrer dans les dojos, dans les mariages, ainsi que dans les temples shinto. Découvrez cet habit traditionnel, ses spécificités et comment le porter.

Qu’est-ce qu’un hakama ?

Le hakama est un pantalon japonais large qui ressemble à une jupe-culotte plissée. Il présente 5 plis sur le devant, 2 plis à l’arrière, ainsi qu’une partie rigide dans le dos. Ce vêtement était jadis porté par les samouraïs. Il se porte aujourd’hui par-dessus un kimono par les hommes et plus rarement par les femmes.

hakama

Ce pantalon se porte principalement lors de grands évènements ou pour la pratique des arts martiaux. Les hommes portent un hakama en soie pour des évènements comme le mariage. Il fait alors partie d’une tenue officielle qui se compose d’un kimono auquel s’ajoute le pantalon hakama et une veste haori.

Les femmes peuvent porter ce pantalon lors de la remise de diplôme. Elles optent alors pour un hakama assorti à leur kimono. Pour la pratique des arts martiaux comme le kenjutsu ou encore le jiu jitsu, on préfère un hakama en coton, en polyester ou en fibres mélangées. La couleur et le type de matière peuvent varier en fonction du sport. Par exemple on porte un pantalon couleur navy ou noir pour pratiquer l’aïkido, mais on peut porter le blanc ou un imprimé à rayures pour l’iaïdo.

Ce pantalon est également porté par les prêtres shinto pendant certaines cérémonies. Ils portent un hakama blanc, tandis que leurs serviteurs portent des hakama verts ou rouges.

Les origines du pantalon hakama

On trouve des pantalons similaires dès le 5e siècle au Japon. Ils appartiennent à la tenue masculine officielle composée d’une veste et du hakama, qui à l’époque est resserré sous le genou via un lien que l’on noue sur la jambe.

Entre le 7e et le 8e siècle, les Japonais portent des robes d’inspiration chinoise par-dessus un pantalon moins large que la version actuelle. Pendant l’époque d’Asuka et de Nara, il existait deux sortes de hakama.

La première version s’ouvrait par le devant avec deux cordes à nouer autour de chaque côté de la taille. La deuxième version du pantalon présentait une ouverture sur le côté gauche et se fermait par un seul côté.

Plus tard pendant la période Heian, c’est-à-dire de 794 à 1185, la tenue sokutai prévoyait le port simultané des deux versions du pantalon. Les gens du peuple portaient le pantalon hakama qui avait de grandes ouvertures sur les côtés.

On le maintenait grâce à des liens à nouer sur le devant et sur l’arrière. Pour s’adapter aux mouvements des personnes, le pantalon avait aussi un lien sur chaque jambe, que l’on pouvait utiliser pour diminuer l’ampleur.

Les nobles portaient aussi le hakama, en l’incluant aux tenues de l’époque comme le nôshi et le kariginu. Grâce à son aspect fonctionnel, ce vêtement fut aussi adopté pour l’habillement des guerriers samouraïs.

Transformations du pantalon dès l’ère Edo

Pendant l’ère Edo les femmes nobles portaient ce vêtement lors de cérémonies et d’évènements exceptionnels, tandis que les guerriers portaient ce pantalon avec leur tenue ordinaire. À cette époque, le hakama se transforme pour ressembler davantage au pantalon d’aujourd’hui. Il devient plus ample sur le bas du vêtement et on y ajoute une planchette en bois qui se place dans le dos.

Avec l’ère Meiji, les habitudes changent de nouveau. Le hakama se porte sans entrejambe par les étudiantes. Il ressemble alors à une jupe ample assez longue.

Après la seconde guerre mondiale et le déclin de l’économie japonaise, le hakama est fabriqué avec des toiles recyclées que l’on teint. Cela qui entraine l’apparition de couleurs inhabituelles.

Le pantalon aujourd’hui

tenue de marié avec hakama
Tenue de marié

À notre époque, ce pantalon japonais est toujours présent, notamment le jour de la remise des diplômes. Pour célébrer la fin de leurs études, les japonaises portent un hakama orné de décorations ou de broderies par-dessus un kimono.

La pratique de certains arts martiaux, la cérémonie du thé et les mariages offrent également la possibilité de porter un hakama. Pour un mariage, le marié porte un kimono sur lequel il ajoute un hakama rayé en soie et une veste haori portant 5 armoiries.

Lorsqu’il est porté dans le contexte des arts martiaux, il peut être noir, indigo ou de couleur blanche. Les pantalons blancs sont portés uniquement par les sensei, c’est-à-dire les maitres.

On trouve aussi ce pantalon dans les cérémonies shinto. Le prêtre porte un hakama blanc, les assistants en portent un vert clair et les assistantes portent un hakama rouge orangé.

Les meilleures ventes de hakama

Symboles et spécificités du vêtement

On reconnait un pantalon hakama à ses 5 plis sur l’avant et aux 2 plis à l’arrière. Ces plis ont une signification en lien avec la pensée chinoise qui compte les vertus principales au nombre de cinq. Les cinq plis représentent la bienveillance, l’honneur, le sens du protocole, la sagesse et la sincérité. Quant aux plis de l’arrière, ils sont symbole de loyauté et de piété.

Nouer son hakama, un rituel qui invite à la concentration

On ne noue pas son pantalon n’importe comment, surtout pour la pratique d’un art martial. Mettre un hakama et le nouer est un moment qui permet d’entrer en concentration pour se préparer à la pratique.

Bien-sûr, on commence par enfiler le vêtement, comme on le ferait avec n’importe quel pantalon. Il faut ensuite placer la face avec les 5 plis sur l’avant. Les lanières (ou brins) doivent faire le tour de la taille et se croiser sur l’avant pour se nouer à l’arrière. On place ensuite l’arrière du pantalon, puis on ramène les lanières sur l’avant. On fait un premier nœud qui permettra de créer ensuite le nœud final, qui représentera une sorte de croix, appelée Jūmonji himo musubi.

Plier un hakama selon la méthode traditionnelle

Pour effectuer le pliage traditionnel, posez votre pantalon à plat, puis rabattez une première fois la partie inférieure. Rabattez la partie supérieure de façon à avoir la partie rigide du dos sur le dessus. Il faut ensuite s’occuper de nouer les lanières du hakama pour former une sorte de tresse.

Prenez le brin bas du côté gauche et passez-le en diagonale sur le pantalon. Repliez-le sur lui-même 2 fois. Effectuez la même opération avec le brin bas du côté droit qui croisera sur le dessus. Continuez avec le brin supérieur du côté gauche. Passez ce brin en diagonale, puis faites-le passer sous la croix que des 2 brins croisés. Faites passez le brin sur le côté pour qu’il soit parallèle au côté bas gauche. Faites-le passer sous les lanières, puis de nouveau par-dessus, vers le côté droit. Placez le brin parallèlement au côté bas droit, puis faites-le passer sous les liens. Effectuez la même chose avec le lien restant.

Trouvez votre pantalon japonais facilement

Comme nous venons de le voir, ce vêtement ne laisse rien au hasard. Il demande quelques connaissances pour choisir le bon pantalon, mais aussi un véritable rituel pour bien le porter et bien le ranger. Vous pourrez trouver des hakama japonais sur Amazon : pantalons pour les arts martiaux, mais aussi pantalons japonais de cosplay pour tous les goûts.

Le Japon directement dans votre boîte mail !

Indiquez votre adresse email et recevez nos derniers articles.